Archive pour la catégorie 'Histoires'

Petite histoire de nénuphar

dimanche 13 juillet 2008
  • Il fait encore nuit. Je dors, la tête sous mes feuilles. J’ai besoin d’obscurité pour me reposer.



  • Premières lueurs du jour. Les oiseaux font un bruit du diable. Difficile de faire une grasse matinée, même en vacances au mois de juillet. Ils chantent à tue-tête comme si il n’y avait qu’eux. Je relève péniblement la tête, il est 5h 44 du matin



  • Le soleil m’a fait un petit signe. Même encore endormi, je pense déjà à tout ce que je vais pouvoir faire par cette belle journée



  • Comme après chaque bonne nuit, j’ai besoin d’un peu de temps pour émerger de dessous mes feuilles. Déjà 10h. Ca fait un moment que je suis là, immobile, rêveur …



  • 11h03. Toujours la même chose. Le temps passe trop vite pendant les vacances. Je papote avec les voisins, et je n’ai toujours pas fait ma toilette. Je ne sais pas si c’est la chaleur, mais les insectes sont bien énervés, à passer et repasser



  • 13h15. J’adore ce moment là. Le soleil est presque au zénith. Mes amis, kois et poissons rouges, me taquinent en me passant sans cesse entre les tiges. Eux et moi, on s’entend à merveille.




  • Je me sens en pleine forme. J’adore me faire dorer au soleil. Contrairement à ce que certains rapportent, les UV sont très bons pour la peau, enfin, la mienne. Le temps passe trop vite , déjà 15h01 et j’ai encore tellement de choses à faire.



  • 17h18. C’est l’heure du thé dans cette maison, quoique aujourd’hui il y a un petit retard. On parle de moi mais je ne distingue pas très bien les paroles à cause du ruissellement de l’eau



  • 17h57. Fatiguant une journée en plein soleil avec les pieds dans l’eau. Je commence à avoir les tiges un peu molles.



  • 19h08. Je reconnais toujours cet instant. Un bruit de verres qui s’entrechoquent, des glouglous et des discussions à n’en plus finir.



  • 19h37. Je pense que c’est bon pour moi maintenant. J’ai beau lutter. La fatigue se fait ressentir après une telle journée



  • 19h38. Un dernier coup d’oeil autour de moi et dodo



  • 20h07. Je suis vraiment bien, au chaud sous mes feuilles. J’entends les merles, les bergeronnettes, les tourterelles… qui me bercent



  • Un dernier coup d’oeil avant la nuit, pour vérifier que tout va bien



A demain. Ce sera un autre jour…



chief.gardener@gmail.com

Au secours

mercredi 5 décembre 2007
  • Je suis en train de dépérir, aidez-moi. Je ne sais que faire, je n’ose plus sortir

Tristesse


chief.gardener@gmail.com

Petite histoire d’amour

vendredi 23 novembre 2007

C’est l’automne. C’est vrai qu’à priori ce n’est pas la saison la plus propice pour tomber amoureux, mais l’aventure que je vais vous conter va vous prouver le contraire.

J’oubliais, je dois d’abord me présenter, on m’appelle « Orchidée », comme la fleur. En réalité, je suis d’origine étrangère, mon vrai nom est compliqué, il s’agit de Orchidea Phalaenopsis. Donc vous pouvez m’appeler comme tout le monde ici : Orchidée. Je m’y suis habituée.

C’est moi, Orchidée

J’ai, moi aussi des qualités et des défauts comme vous tous mais je l’avoue: je suis très coquette. Et oui, je suis plutôt soignée et très attentive à mon look. J’adore les couleurs, le maquillage, l’élégance… bref, j’aime être belle et sans fausse modestie, je crois que je le suis.

Mais en cette saison, à Reims, ce n’est pas folichon, il fait froid, humide et gris. Il faut se forcer pour mettre une feuille dehors. Je m’ennuie un peu. J’ai beau me faire belle, il n’y a pas grand monde qui le remarque et je reste souvent à l’intérieur.

Aujourd’hui, il ne pleuvait pas, aussi, j’ai décidé de m’aérer un peu sur la terrasse de la maison.

Comme vous pouvez le remarquer, je suis impeccable. Maquillée, peignée, parfumée comme si j’allais en ville pour faire les magasins.

Encore moi

Je m’appelle Jasmin, et ce n’est pas un nom de fille même si parfois certains se moquent. Je suis de sexe masculin. Moi, j’adore l’hiver. C’est bizarre vous allez dire, mais bon, c’est comme ça; il en faut pour tous les goûts et au moins quand il fait froid et maussade, moi, je ne me plains pas. Je reste quand même le plus souvent au chaud à la maison, le nez à la fenêtre.

C’est moi là, sur la photo:
moi, Jasmin

Régulièrement, j’aime bien m’installer près du bassin. Je peux me dégourdir les feuilles et m’étirer les branches. J’ai mon endroit à moi, près de la grosse pierre. Elle me connait bien. De là, je contemple les fleurs, le jardin, les cascades mais aujourd’hui elles ne coulent pas . Je surveille aussi les poissons, mais ils sont un peu ramollis des nageoires avec l’eau froide.

Moi, Jasmin, près de ma pierre

J’ai pris soin de me parfumer cet après-midi (je le fais régulièrement), mais j’ai oublié de me peigner, aussi, j’ai un peu les feuilles en bataille.

Je rêvais…à tout et à rien, quand j’ai soudain senti une présence à mes côtés. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir Orchidée. Je l’avais déjà vue à la maison, mais de loin et jamais aussi proche. Entre nous, je la trouve un peu bêcheuse. Mais là, bien sûr, il n’était pas question que je lui dise quelque chose de déplaisant.

Moi Jasmin et Orchidée

Au contraire, je me suis redressé en bombant un peu des tiges, histoire de l’impressionner.

Orchidée: Il a fière allure. Je n’ai jamais vraiment osé m’approcher de lui, mais aujourd’hui je m’ennuie trop et puis je n’ai rien à perdre. Je ne l’avais pas vu tout de suite, mais j’ai senti son odeur (bien agréable entre nous). Que va t-il penser de ma toilette? Non, il ne faut pas que je me pose de questions!J’ai même le sentiment qu’il a l’air d’apprécier ma présence. J’ai bien remarqué qu’il bombait des branches.

Il s’est mis à me parler, mais je ne comprenais pas trop ce qu’il me disait, à peine un murmure, un chuchotement. Serait-il timide? Il parlait entre ses feuilles…j’ai dû me rapprocher.

Il me parle

Jasmin: J’étais très intimidé. Plus je la regardais, plus je la trouvais belle, rayonnante…on aurait dit une fleur.

Je lui ai proposé d’aller jusqu’au bord du bassin. En silence. Sa présence m’envahissait, me troublait totalement. Je devais faire attention à ne pas basculer dans l’eau.

Nous au bord du bassin

Je ne trouvais plus vraiment mes mots, je parlais de tout et de rien, et elle restait silencieuse. Les poissons, très intéressés par la situation avaient les yeux rivés sur nous.

Je la frôlais avec mes feuilles…

Je crois que je tombe amoureux

Orchidée: Il sent si bon, il semble si doux. J’aime quand il me touche, j’adore son allure sportive et ses feuilles en bataille. Je sais qu’il est troublé. Je crois que je suis en train de tomber amoureuse. Je me rapproche. J’ai le coeur qui bat la chamade. Ca y est , il m’enlace.

On s’aime

Jasmin: Je ferme les yeux. Je la prends dans mes branches. Je la respire, elle est si attirante, si féminine. Je la sens frémir.

Le premier grand moment de tendresse

Orchidée: Je suis si bien, si heureuse. Je me plonge dans ses feuilles. Nous sommes l’un contre l’autre. Je déborde de bonheur. Cette sensation devant le bassin restera gravée à tout jamais dans ma mémoire.

Enlacés

Il me serre de toutes ses forces avec toutes ses branches. Ouf, je n’ai pas l’habitude…

C’est nous et on s’aime

Epilogue: nous sommes rentrés au chaud. Mais là, c’est notre vie privée.Avant la tombée de la nuit, nous sommes ressortis, ensemble. Dorénavant nous ne serons plus seuls.

Le début d’une histoire d’amour


chief.gardener@gmail.com

Navigation sur le bassin

mercredi 31 octobre 2007
  • Petite promenade sur le bassin. Les conditions météo sont idéales: petite brise Sud-Ouest et beau soleil. Départ vent arrière…

  • On arrive dans les profondeurs, il y a quelques turbulences

Voyage

 

  • Changement de cap, il faut tirer un bord, navigation au prés dans un vent oscillant

Voyage

  • On repart, grand largue

Voyage

  • Il va falloir se métier des obstacles dans une zone bien agitée

  • Petite visite aux nénuphars, mes amis

  • Dernier bord , il faut revenir avant la nuit

C’était vraiment une belle ballade

 


chief.gardener@gmail.com